Forum RPG
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sorina Alesia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Sorina Alesia Sam 1 Oct - 23:16


Vampire



Sorina Alesia

The Ripper is in town tonight



Qui es-tu ?


Nom : Alesia
Prénom : Sorina
Age ∞ Date de naissance : 852 ans ∞ 09/01/1164
Profession : médecin légiste

Age apparent ∞ Date de la morsure : 27 ans ∞ 21/06/1191
Statut dans l'essaim : Sujet
Odeur : Pour ceux qui ont le nez fin, c'est avant tout une odeur de mort mêlée à celui de l’oxygène pure, comme chez tous les vampires.  Mais pour les autres, c'est celui d'un parfum aux nuances orientale. Une fragrance exotique mêlant harmonieusement épices, fleurs de jardin, eau fraîche, encens et sable chaud.




Comment es-tu ?


À première vue, Sorina tranche radicalement avec le cliché que l'on se fait des vampires. Appréciant la compagnie des Humains, elle ne les voient pas comme du simple bétail comme la grande majorité des siens. En effet, même si le don (ou la malédiction) du vampirisme court dans ses veines, elle n'a pas oubliée qu'elle était comme eux avant et cet façon de s'accrocher à son ancienne vie l'amena à tout faire pour côtoyer davantage les Humains que les Vampires.

Sa soif de sang... elle le vit comme un mal nécessaire. Ce n'est pas quelque chose qu'elle apprécie. C'est pour cela que contrairement à beaucoup de vampire, elle ne disposa pas souvent de ménagerie au cours de sa vie et durant les cas où c'était nécessaire, elle n'était composée que de quelques individus, jamais plus et elle les traitées avec le plus grand soin.

Toutefois, elle devait bien se nourrir et rapidement, elle opta pour la traque nocturne et s'en prendre à ceux qui ne manquerait à personne. Ainsi, nombre de criminels en tout genre furent retrouvés au cours de l'histoire exsangue avec une gorge tranchée très profondément pour masque la trace de morsure...  Quand le sang commence à manquer, elle essaie de trouver des solutions alternatives comme les banques de sang, ne réservant sa morsure sur les « innocents » qu'en dernier recours.

Oui elle est assez moralisatrice. Elle se voit en effet comme une sorte de « protectrice » des communautés humaines qu'elles côtoient contre les membres les plus abjectes de ces dernières. Au fil du temps, ses actions ne se résumaient plus qu'à une bonne gorgée de sang frais, elle devint impitoyable envers ces gens et faisant mine d'une cruauté et d'un sadisme peu commun. Et si ce n'est pas suffisant, elle emploie la manière forte à grands renforts d'explosifs et d'armes lourdes

Sorina ne boudent pas la technologie, elle se tient même à la pointe du progrès. Elle a observée l'évolution de la sciences depuis des siècles et elle est toujours fascinée par la soif de découverte des Humains. Aussi, elle ne s'en prive pas pour s'en servir aussi bien dans la vie de tout les jours que lors de ses « traques ». Si un certain nombre de vampires comptent uniquement sur leurs capacités surnaturelles pour se battre, ce n'est pas son cas et utilise tout un arsenal de gadgets, d'armes et de protections si le besoin s'en fait sentir.

En parallèle à ça, en dehors de son aversion pour les criminels et en particulier ceux qui réussissent à échapper à la justice ou qui récidivent, c'est une femme tout à fait sociable bien que plutôt solitaire d'un point de vue vampirique. Elle n'aime les petits jeux de pouvoirs qui se font dans l'Essaim et s'en tient un maximum éloignée, faisant juste assez de courbettes et de politesse pour que les autres la laisse tranquille.

Plaisante à vivre, charmeuse et croquant la vie à pleine dent, sa personnalité hors traque tranche radicalement. Elle apprécie la musique avec une préférence pour le rock, les films et les jeux vidéos. Au niveau amour, elle est actuellement célibataire, une situation qui lui convient parfaitement ces temps-ci bien qu'elle ne soit pas contre contre une petite aventure ça et là avec les hommes ou les femmes qui lui plaisent, bien qu'on note toutefois une large préférence pour la compagnie féminine. Toutefois elle n'est jamais allée plus loin, ne voulant pas souffrir de la perte inéluctable de l'être aimé qui se mourra jour après jour et ne voulant pas non plus accorder son « baiser vampirique », ayant déjà vue de trop nombreux gens bien changer radicalement une fois devenu vampire. Au niveau gastronomie, elle se plaît à continuer à manger de la nourriture humaine. Cela ne lui apporte aucune satiété, et le goût fade n'arrange pas les choses, mais elle s'y est accoutumée.

Elle dispose d'une connaissance générale très étendue, résultat d'une vie plusieurs fois centenaires. Elle dispose également de très bonne connaissance médicale et anatomique en raison de sa profession de médecin légiste.  




D'où viens-tu ?


Sorina est née il y a bien longtemps, mais pas dans une galaxie très lointaine. Non c'est sur l'île de Lesbos en Grèce qu'elle vit le jour en l'an de grâce 1164. Comment résumer cette époque ? Une famille aimante dans la noblesse locale qui cherchait à la marier avec un bon partie. Des journées à se prélasser sous le climat méditerranéen dans le luxe.  

Le mariage, c'était avec un individu très riche ne venant pas de l'île, mais de la Terre Sainte. Un homme appartenant à la noblesse arabe pour qui la différence de religion n'était pas un frein pour les affaires. Elle n'avait que 15 ans et lui malgré sa jeunesse apparente affirmait en avoir plus de trente. Est ce qu'elle en voulait à ses parents de la donner en pâture à un étranger qu'elle ne connaissait pas en échange d'investissement plus que conséquent dans leurs affaires ? Non... Elle n'aimait pas le fait de n'être qu'un avantage en nature dans cette transaction, mais c'était une autre époque et toute sa jeune vie on lui avait dit combien c'était important d'être une bonne épouse. Elle quitta sa famille et son île pour la Damas et sa nouvelle vie avec l'appréhension de partager sa vie avec un homme dont elle ignorait tout à part sa richesse.

Cette homme du nom de Wakri Ibn-La'Ahad, ce qui pourrait se traduire par « Faucon de chasse Fils de Personne ». Un nom étrange, tout aussi étrange que le fait qu'il tenait absolument que le mariage eut lieu en pleine nuit. Ils se rencontrèrent pour la première fois que quelques heures avant la cérémonie. Le soleil venait à peine de se coucher. Il était éblouissant dans ses habits superbement confectionnés et ornés et contrairement à ce qu'elle craignait, il n'était ni vieux, ni repoussant. Il possédait un charme presque irréelle. Un simple échange de regard et c'était comme s'il n'y avait plus que lui qui existait dans l'Univers. Le mariage se passa bien de même que la nuit de noces. La vie parmi les palais de la Ville Éternelle était des plus agréables. L'entourage de Wakri étant aussi dévouée qu'agréable. Pourtant, il y avait des règles curieuse comme le fait de ne jamais le déranger pendant la journée où il « travaillait » dans son bureau qui ne possédait aucune fenêtre et qu'elle pourrait le rejoindre uniquement entre le coucher et le lever du soleil. Enfin, il ne devait pas manger ensemble, se nourrissant dans son bureau. Il y avait aussi cette manie de pratiquer la morsure. C'était assez désagréable la première fois, mais la douleur et le dégoût disparut rapidement, remplacée par un intense sentiment de bien être extatique.

Avec le temps, elle commença à l'apprécier et devint complètement accroc quelques mois plus tard. Ils avaient l'air de former le couple parfait au point où pour avoir plus de temps avec lui, elle avait décaler progressivement ses heures de lever et de coucher pour pouvoir rester un maximum de temps avec lui durant la nuit. Outre ses manies, c'était un homme des plus respectables très soucieux envers les défavorisés et intraitable avec les criminels. On disait que toutes les deux ou trois nuit, il se rendait dans les geôles de la ville et que le matin on y retrouvait un corps mutilé. Curieusement c'était après ces suppositions que Wakri étaient aux meilleurs de sa forme pour ne pas dire plus. Cela commença à intriguer la jeune femme qui soupçonner que son mari ne lui disait pas tout.

Toutefois, elle n'eut pas le temps de chercher bien longtemps. À l'âge de 27 ans, son époux lui fit une révélation. Il n'était pas ce qu'elle croyait. Il était une créature de la nuit immortelle. Se nourrissant de sang humain et pour qui le soleil était fatale. Ce qu'ils appelaient à l'époque un Djiin et qui répond de nos jours sous le nom de vampire. Elle avait eut des soupçons, mais jamais elle n'avait pensée à ça. Mais d'un autre côté, elle était devenue très liée à lui, un effet de ses morsures régulières d'après ses dires... mais sur le coup elle s'en moquait, elle ne pouvait pas vivre sans lui et qu'elle voulait passer l'éternité avec lui... Le regard de Wakri s'illumina, il s'approcha d'elle et elle ne put s'empêcher de se détacher de son regard. Pas même lorsqu'il posa ses mains sur sa gorge et qu'il commença à serrer de plus en plus fort. Sa vision se troubla et s’obscurcit et ce n'est qu'à l'instant qu'elle comprit qu'elle allait mourir mais c'était trop tard, tout devint noir. Elle ne le vit pas s'entailler profondément la langue à la hâte avant de l'embrasser, lui faisant boire le sang coulant en quantité.

Elle se réveilla d'un coup au coucher du soleil. Elle était dans sa chambre, Wraki à ses côtés. Elle avait une soif comme elle n'en n'avait jamais eut. L'homme le remarqua, s'approcha d'elle et lui tendit son coup, d'un geste presque instinctif, elle mordit et bue le sang à grande gorgée. Elle reprit ses esprits et s'arrêtant demandant ce qu'il se passait. Son époux lui dit qu'il avait exaucé sa demande... qu'ils allaient être ensemble pour toujours. Elle comprit ce qu'elle était devenue... et le prix à payer : Ne plus voir le soleil et surtout, sa nouvelle source de nourriture et pour ça elle le détestait. Elle l'avait changer en monstre, mais elle n'avait plus le choix et cet étrange sentiment de puissance coulant en elle la fascinée autant qu'elle l'effrayée.

Son premier repas, c'était le sang d'un violeur en série qui croupissait dans les geôles. Wraki était présent pour l'encourager et la soutenir, racontant dans les moindres détails les méfaits de l'individu qui avait même pas 20 ans. Elle voulait que ce soit rapide par dégoût de la chose, mais plus elle entendait les deux hommes, plus une envie se fit sentir. Entre celui qui racontait et celui qui disait qu'il ferrait encore, elle prit une lame et entailla le torse du criminel. Elle ne savait pas pourquoi elle réagissait ainsi, peut-être à force d'entendre cet homme se vanter de ses actes et dire que la première chose qu'il ferrait une fois libre serait de prendre son temps avec son « nouveau jouet ». Dans la colère elle donna un nouveau coup et découvrit que le sang du torturé glissait sur sa main sans laisser de trace, tournant autour du membre comme s'il suivait une rigole invisible. Wraki était étonné, mais lui conseilla d'en finir rapidement, ce qu'elle fit.

Elle n'a pas appréciée son premier repas humain et le fit savoir alors que Wraki disait que les siens avaient de nombreuses capacités mais que chacun d'eux en avait une unique. La manière dont le sang s'écoula autour de la main de Sorina lui fit penser que ce don avait un rapport avec le fluide vitale et qu'un « Djiin » maîtrisant son pouvoir était plus fort et plus puissant. Honnêtement, cette histoire de puissance, elle s'en moquait pas mal. C'était une période de doute pour elle et en plus, c'était la Guerre. Une armée d'Européens avait déferlée sur les rives au nom de leur religion. Le Pape avait fait un appel à la Croisade... la troisième.

Ce furent les Croisés qui le tuèrent. Ils investirent la résidence en pleine journée, tuant les hommes de la maisonnée, réservant un sort pire pour les femmes. Ils trouvèrent le couple dans leur lit, visiblement mort. Prenant Wraki, ils le tirèrent de la pièce jusqu'à l'autre pièce fortement illuminée. Le résultat fut sans appel, il prit feu spontanément et réduisit le corps en cendres.  Effrayés, les garde ne touchèrent pas au corps de Sorina, pensant là une sorte de malédiction ou du moins un piège. Elle resta ainsi intouchée jusqu'au coucher du soleil où à son réveil, elle ne mit pas longtemps à comprendre ce qui s'était passé. Elle laissa exploser sa rage, tuant tout les intrus de la maison, certains voyant leur sang quitter leur corps pour venir se planter telle des lames dans les corps de leurs compagnons. Les quelques uns à peine blessés ne purent rien pour l'empêcher de se nourrir.

Après quelques heures à pleurer sur les cendres de son époux, elle comprit qu'elle ne pouvait rester là. Elle découvrit également que ces meurtriers, pilleurs et violeurs n'étaient pas que de simples Croisés, ils s'étaient engagées en échange du pardon pour leurs actes. Cette découverte la radicalisa davantage sur le fait de châtier les criminels, surtout ceux que la justice laisse faire pour une quelconque raison. Avec le reste de la maisonnée, elle plia bagage et quitta Damas se rendant vers le nord.

Combien de temps à durer le voyage ? Combien de villages et de petites villes a t-elle traversée ? Combien de petits bandits a t-elle tuer pour satisfaire sa faim ? Quelques siècles. Quelques siècles où elle perfectionna ses méthodes et la maîtrise de son don. En 1459, elle arriva dans sa première grande ville depuis toute ses années : Venise, la Sérénissime. L'ambiance et l'atmosphère de la ville lui plut et elle et sa maisonnée, nouveaux membres l'ayant rejoint au cours de ses voyages s'installèrent dans la cité. Pour gagner de l'argent, elle fonda une « maison des plaisirs » ou un bordel si vous voulez le terme plus vulgaire : La Rosa Notturno. La « Rose Nocturne », un endroit où tous pouvaient venir assouvir leur désir sans jugement et sans distinction de classe. Rapidement, elle se fit en nom en raison des charmes de ses employées, la qualité de ses boissons. Sorina ne se montrait que la nuit et la rumeur disait qu'elle n'hésitait pas parfois à mettre la main à la patte avec des clients ou des clientes rigoureusement choisit et présent de plus en plus régulièrement uniquement pour elle.

En parallèle, elle devint une mécène pour les artistes, aujourd'hui oubliés, mais qui en leur temps faisaient sensation. Elle rencontra également la bande de vampire locale qui dirigeait la ville dans l'ombre. Leurs rapports furent courtois à défaut d'être amicale. Elle était vampire, mais aussi étrangère au clan à et presque 300 ans, elle était déjà plus vieille que la majorité d'entre eux. Elle se contentait de leur payer un pourcentage de ses recettes et en échange ils la laissait tranquille. Elle commença aussi à s'instruire. Elle avait déjà commençait à Damas à s'intéresser à l'astronomie, la médecine ou les mathématiques, mais en pleine Renaissance où l'érudition devenait un gage de pouvoir, elle en profita pour suivre la vague. Elle rencontra également d'autres « créatures de la nuit » que des vampires. Des loups-garous et autre fée et espèce tout droit sortie du folklore européen en plein ébullition. Elle rencontra notamment une sublime elfe avec qui elle s'enticha ; C'est elle qui lui parla de l'existence des artefacts, des objets féerique conférant de grands pouvoirs à leurs possesseurs. Elle parla également de l'un d'entre eux, « l’œil de Râ » qui pourrait permettre à un vampire de ne plus craindre le soleil, mais avec le temps, plus personne ne savait où il était, son créateur étant mort depuis des millénaires.

Cette idée de marcher à nouveau dans les rues au soleil commença à lui plaire et après que les deux femmes mirent fin à leur relation, elle commença à faire des recherches sur cet œil de Râ. Elle commença logiquement par l’Égypte, mais elle ne trouvait rien qui correspondait. Cependant, d'autres préoccupations plus urgente se faisaient sentir. Elle était restée au même endroits trop longtemps. Les gens commençaient à se poser des question sur cette femme qui ne vieillissait pas, ne sortant que la nuit et qui pouvait faire faire manger n'importe qui dans sa main d'un simple regard. Elle commença donc à fuir de nouveau, quittant Venise d'abord pour Rome en 1500 pendant le règne des Borgia puis pour Constantinople en 1510, capitale de l'Empire Ottoman. Dans ses voyages, elle reprit ses petites manies de « redresseur de torts » tuant tout criminels qui avait eut le malheur de croiser sa route. On peut facilement noter sa progression en observant la liste chronologique de la disparition de bandes de bandits, de voleurs, d'assassins ou d'individus corrompus.

Toujours à la recherche de l’œil, elle partit pour la Cappadoce avant d'emprunter la Route de la Soie et en 1526, elle arriva en Chine, vivant les derniers instants de la dynastie Ming. Elle avait une piste sur la présence d'un artefact qui « rendait le Soleil inoffensif » dans la salle du trésor de la Cité Interdite. Grâce à la complicité d'une concubine et de quelques gardes qu'elle avait sous contrôle, elle pénétra dans la salle du trésor, mais ne trouva pas l'artefact. Cependant, il existait bel et bien. Il avait été dérobé par un autre. Si prêt du but et sans aucune pistes, Sorina décida d'oublier cette quête et quitta la Chine et même le continent, se disant que le Nouveau Monde comme on l'appelait devait avoir des expériences nouvelles à offrir.

Elle revint donc à Constantinople, puis partit vers l'Amérique dans un navire négrier dont elle avait envoûtait le capitaine. Elle arriva à Port Royal en Jamaïque en 1612. Elle resta dans les Caraïbes jusqu'en 1765 où elle arriva en Louisiane. Les Vampires étaient en pleine guerre contre les Métamorphes, des Humains en apparence pouvant prendre la forme d'un animal. Contrainte de se battre du côté des Vampires, elle fit sa part sans conviction, uniquement pour qu'on ne vienne pas lui reprochait son inaction ou qu'on la prenne pour une traîtresse. Toutefois, elle prenait bien soit de rester loin des combats, utilisant ses pouvoirs d'hémokinésie pour soigner les vampires blessés au combat. Peu à peu, il y avait moins de combat, les Vampires disaient gagner et que les Métamorphes étaient presque exterminés. Elle décida donc de partir pour Boston où les vents de la révolte commençait à souffler. En 1776 c'est la déclaration d'indépendance de l'Amérique. Elle n'y prit pas part et partit vers la France où là aussi, le vent de la révolution souffla quelques années après son arrivée. Elle se réfugia alors en Angleterre. Elle arpenta le pays jusqu'à ce qu'une rumeur ne l'amène à Londres en 1888. Un individu s'était spontanément enflammé en pleine rue. Un vampire qui marche au soleil c'était bizarre, mais d'après les témoins, un individu rapide, un pickpocket sans doute l'avait heurté et il s'était enflammé juste après. Il était donc protéger du soleil jusque là. L’œil de Râ. Sans le savoir elle avait retrouvée sa trace.

Elle partit pour la capitale britannique en pleine Révolution Industrielle et découvrit d'après des vampires installée dans la noblesse que des faés s'étaient installées dans le quartier de Whitechapel, pauvre, misérable et surtout reconnue pour sa prostitution importante. Elle sentit une odeur non-humaine la menant vers une prostitué, Mary Ann Nichols. Celle-ci reconnut la nature de la personne et fuit à sa vue. Elle finit par la rattraper et après un combat violent, elle parvint à la maîtriser et demander... ou exiger des information sur l’œil. Il lui avait échapper une fois, pas question qu'elle ne le perde à nouveau. Après avoir eut l'information que c'était des faés qui avait l'artefact et qu'elles étaient en ville pour exploiter des Humains, elle la tua pour ne pas qu'elle ne parle.

Rapidement, pour détourner les soupçons, elle s'inventa une personnalité pour détourner à la fois les soupçons des Faés et de la police ainsi que les raisons de son acte. Une autre Faés découverte : Annie Chapman. Elle eut cette fois la liste des Faés en ville, mais elle ignorait laquelle portait l'artefact. Elle la tua pour lui faire garder le silence et la mutila pour orienter les soupçons vers un malade mentale sanguinaire. Une autre nuit et une autre Faés : Elizabeth Stride. Elle n'avait pas l'artefact. Une autre nuit et ce fut le tour de Catherine Eddowes. Elle envoya plusieurs lettres et des morceaux de corps à des journaux et la police pour parfaire son faux coupable. Les lettres étaient signées simplement par un « Jack », la presse ne tarda pas à le surnommé « l’Éventreur »... Une mystère de légende était née... Le délai entre les attaques s'allongèrent, d'une part pour ne pas trop attiser leur vigilance et surtout pour récupérer de ses blessures, chaque Faés étant plus forte que la précédente.

Elle trouva enfin l'artefact, Mary Jane Kelly, la chef des Faés. Elle l'avait l’œil et elle l'attendait. D'après elle aucun Humains ne pouvait tuer des Faés et surtout de telle manières, mais elle reconnut l'originalité et l'imagination de la méthode. S'en suivit un combat dantesque à travers les rues de la villes dans les ombres jusqu'à atterrir dans une chambre où, blessée, elle parvint à prendre le dessus en lui plantant son couteau de boucher en acier en plein torse. La Reine, agonisante, l'avertissait que l'artefact ne la soignerait pas du vampirisme, uniquement rajouter plus de chagrin et de tristesse à son simulacre de vie. Sorina n'en n'avait que faire pour se défouler de sa rage, elle mit littéralement le corps de la Faé en morceau. Elle trouva l'artefact et partit, prenant le cœur de la faés pour ajouter à la légende naissante de Jack l’Éventreur. Elle s'en débarrassa en le réduisant en morceaux et le donnant à des chiens errants. Une fois rentrée, elle mit l'artefact. Au début, rien. Elle ne ressentait rien de particulier, pas de sentiment de puissance, rien du tout. Pendant un instant, elle s'imagina avoir fait tout ça pour rien, mais elle remarqua une chose, la chambre était plus lumineuse, le soleil se levait derrière les lourds rideaux et elle ne s'était pas endormie. Tentant le tout pour le tout, elle eut un geste apparemment suicidaire, elle se tint devant les rideaux et les ouvrit en grand. Une profonde sensation de brûlure l'envahit alors que l'artefact "fondait" sur sa peau, se mêlant à sa chair et former un tatouage en forme d’œil de Râ au niveau de sa cheville droite. La douleur disparut ensuite progressivement... Cela fonctionnait. Elle se tenait face à la mort elle-même pour un vampire et la chaleur de ses rayons caressant sa peau lui donna la sensation de revivre.

La première chose qu'elle fit : se promener dans la rue, toute la journée, elle remarqua rapidement qu'elle n'avait plus la force ou la vitesse des vampires. Elle s'était imaginée de nouveau humaine et alla commander un copieux repas, mais son repas au goût de cendres la ramena à la réalité. Elle était toujours vampire, ce qui voudrait dire que cette nuit là, elle aura faim et ce fut le cas. Quasi humaine le jour, vampire la nuit, telle était sa nouvelle vie. Elle reprit ses traques criminelles, constatant que son pouvoir d'hémokinésie s'était grandement affaiblie, elle ne pouvait contrôler le sang qu'à très courte distance et avec difficulté. Elle opta donc rapidement par recourir à des armes pour ses chasses. Elle en profita également pour voyager, passant le début du XXème siècle en Inde avant d'explorer l'Amérique du Sud. Elle s'adapta aux progrès des Humains et renoua avec cette culture qu'elle pensait ne plus jamais pouvoir apprécier autrement que dans l'ombre.

Elle repartit pour les États-Unis où elle se lança dans des études universitaire de médecine légale. Elle ressortit diplôme en poche et exerça à la section médico-légale de la police de Chicago. Elle continua sa traque, détruisant de façon parfois spectaculaire des réseau de proxénètes, des laboratoire de drogues ou des endroits appartenant à la mafia. Elle était une bête noire pour les criminels, un cauchemar incarné insaisissable comme une ombre et ne laissant derrière elle que flammes et cadavres égorgés pour dissimuler la trace d'une morsure.

La révélation de l'existence des loups-garous aux yeux de tous fut à la fois un surprise et une crainte. Si jamais l'existence des vampires, plus effrayant que des lycanthropes aux yeux des humains étaient connus, elle serait en danger, même si avec les pouvoir de l'artefact, elle pouvait prouver de façon très convaincante qu'elle n'était pas une créature de na luit mortellement allergique au soleil.

Suite à cette révélation, elle pensa déménager dans une ville plus petite, même si les criminels seraient moins présents. Elle opta donc pour une ville avec la présence d'une banque du sang, seule alternative connue à la ménagerie et la prédation. Elle envoya ses CV aux centre médico-légales des villes correspondante et ce fut les service de police de la ville de Houghtown dans l'état du Michigan qui répondit favorablement à sa demande. Elle plia bagage et déménagea alors dans cette ville de la Péninsule de Keweenaw. Cela ne fait que quelques semaines qu'elle est là. Si elle s'est déjà pleinement intégrée aux équipes de son lieu de travail, il lui reste tant à faire pour parfaire sa couverture d'Humaine modèle cachant une vampire ayant décidé de respecter les Humains et les protégeant des pires éléments de leurs communautés... à sa manière.




Derrière l'écran


Prénom / Pseudonyme : Frédéric / Ayni ou Lala pour les forums d'où je viens
Age : 26
Depuis combien de temps fais-tu du RP ? Euh... une quinzaine d'année je dirais
Comment as-tu connu le forum ? Merci Riley <3
Célébrité sur l'avatar ∞ Copyright : Jaimie Alexander




Dernière édition par Sorina Alesia le Dim 2 Oct - 20:04, édité 4 fois
Sorina Alesia


avatar


Messages : 42

Feuille de personnage
Race & âge : Vampire ∞ 852 ans
Profession : Médecin légiste à Houghton
Odeur : Une odeur de mort et d'oxygène pur qui peuvent s'expliquer par son métier et camouflé en général par un parfum léger aux nuances orientale. Une fragrance exotique mêlant harmonieusement épices, fleurs de jardin, eau fraîche, encens et sable chaud.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Dim 2 Oct - 19:17


Test RP



Tonight, I hunt





La nuit était plutôt tranquille. Ce quartier avait l'avantage d'être calme une fois minuit passé. Quelques voitures et quelques traînards, rien de particuliers si ce n'était à part la tenue de certaines femmes qui se penchaient à la fenêtre des véhicules s'arrêtant à leur hauteur. Parfois la voiture repartait, parfois elle montait à bord... Le plus vieux métier du monde aux dires de certains... Ils n'avaient pas tout à fait tort.

Ce n'était pas le genre de quartier que Sorina avait l'habitude de fréquenter. À l'époque, elles avaient la décence de chercher leurs clients dans des maisons closes. Elles étaient bien traitées, bien payées et c'était franchement plus glamour que la banquette arrière d'une voiture dans une ruelle sombre ou la chambre d'un hôtel miteux. Pourtant la personne qu'elle suivait avait l'habitude de fréquenter ce genre de lieux et pour cause, c'était un proxénète. Pourquoi lui en particulier et pas un autre ? La raison était simple.

Un peu plus tôt dans la journée, elle avait un corps à autopsiée. Une prostituée provenant de l'immigration clandestine battue à mort. C'était la deuxième de la semaine. Le point commun ? Elles « travaillaient » ou plutôt étaient asservies à la même personne qui n'avait pu être incriminée pour ces meurtres. Alors on l'avait laissée partir comme ça. Il n'était peut être pas un tueur, mais il n'aurait pas du sortir du poste. Pas assez de preuves pour justifier un mandat d'arrêt. D'après les enquêteurs en charge, depuis son petit passage en salle d'interrogatoire, c'était l'omerta parmi les prostitués, plus une seule ne voulait leur parler de cette histoire. Elles étaient terrifiées. Elles savaient mais elles avaient peur.

Et voilà pourquoi elle attendait devant chez lui, vêtue comme elles avec une tenue plutôt minimaliste. Une prostituée dans un quartier chaud, quoi de plus banale ? Bien évidemment, sa voiture était cachée derrière l'immeuble, une voiture abandonnée pouvant être suspect. Elle devait jouer un rôle sans éveiller les soupçons, juste quelques secondes. Apparemment, elle avait du succès. Trois voitures s'étaient déjà arrêtées devant elle, mais elle déclina, elle attendait un « client important ».

En parlant du loup, le voilà qui s'amène avec sa voiture. Une berline allemande. Il a dû en falloir des passes pour qu'il puisse se l'offrir. Lui en revanche était bien moins loti. Il était habillé comme un gangsta, la panoplie complète du jogging avec trois taille de trop à la casquette retournée en passant par les grosses chaînes bien clinquante. Bien évidemment, la vue d'une femme en minijupe très courte, en talons aiguilles avec un petit bustier, un manteau court et un sac de voyage, c'était plutôt remarquable, surtout devant sa porte :


« Et bien saaaalut ma belle. Je crois pas te connaître
-Non moi être nouvelle »


Elle parla d'un anglais approximatif avec un accent russe plutôt prononcé :

« Tu es nouvelle et tu es venue voir Big D pour t'aider ?
-Oui Big D donner travail »


Elle le regarda dans les yeux. Elle savait que par ce contact, sa voix devenait irrésistible d'un claquement de doigts. Il se jeta dans le piège les deux pieds en avant, inconscient de ce qui l'attendait :

« J'aime bien les petites russkov. C'est pas courant ici. Ça change des mexicaines
-Donc Big D va vouloir me prendre ?
-Oh ça pour te prendre il va te prendre. Allez rentre, il faut qu'on parle en détail de ta motivation »


Il passa en premier, ne voyant pas le sourire carnassier se dessinant sur le visage de Sorina. Il ne le savait pas, mais il venait de faire entrer le loup dans la bergerie. Le hall était à l'image du quartier, miteux. En revanche son appartement était dans un état des plus convenables. Il se dirigea vers une pièce. Elle entendit la porte d'un frigo s'ouvrir et se fermer. Il revint avec une bière :

« Aller maintenant désape-toi. Enlève tout et donne moi envie de t'embaucher »

Elle joua la comédie, retirant son manteau dans une petite danse qui avait l'air d'être à son goût d'après ses petits grognements appréciateur entre deux gorgées. Elle commença à se débrailler peu à peu avant de s'approcher du fauteuil à quatre pattes en exagérant sa démarche. Il avait l'air d'aimer ça, ce sentiment de domination, mais plus elle approchait, plus il sentit une sensation étrange. Il commençait à se sentir mal et son visage blanchissait à vue d’œil. Elle arriva au niveau de la ceinture le fixant avec un regard prédateur :

« C'est bizarre cette impression hein ? Tu sais ce que c'est ? C'est ton cœur qui bat à vide. Ton sang ne coule plus et ton cerveau perd pied peu à peu »

Elle relâcha la pression pour éviter qu'il ne s'évanouisse tout en le fixant droit dans les yeux :

« Je vais te poser quelques questions. Réfléchit bien à la réponse trésor et je te laisserai partir. »

Dit elle en resserrant un peu plus son emprise sur le flot sanguin :

« C'est toi qui gère la prostitution ici ?
-O... Oui, mais dans le quartier. Pas toute la ville
-Marita et Angela. Elles bossaient pour toi ?
-Elles étaient nouvelles. Elles venaient des Docks.
-C'est toi qui les a tuées ?
-Non ! C'est Joey. Il aime être brutal avec les putes ! Il les cogne trop fort et c'est à moi de nettoyer après !
-Joey ?
-Joey McFarlane, l'avocat. C'est lui qui gère tout. Tu crois comment qu'il s'est payé sa baraque et qu'il vit avec sa pouf qui passe son temps dans les boutiques de luxe ? 
-Et personne ne fait rien pour l'arrêter ?
-Tu parles c'est le beau frère d'un des conseiller municipaux, il est peinard lui. »


Elle nota ce nom dans un coin de sa mémoire, nouvelle proie pour un autre soir. Elle se leva, s'approcha de lui en s'installant à califourchon sur ses genoux :

« Je crois que c'est tout. Merci pour ta bienveillante collaboration
-La ferme salope, je t'ai tout dis ! Dégage maintenant !
-Hum... J'allais te laisser partir, mais ton manque d'éducation m'a fait changer d'avis. Ça me met dans une faim insatiable »


Elle venait de susurrer ces mots à son oreille. C'était un mensonge, elle n'avait jamais eut l'intention de le laisser vivre. Il essaya de se débattre, mais elle était trop forte, elle sourit de toutes ses dents, dévoilant ses crocs avant de venir le mordre à la jugulaire. Il n'eut pas le temps de crier et elle se délecta de sang à grande gorgée jusqu'à être repus. Elle se leva en vitesse pour aller chercher son sac avant de revenir sur lui. Il avait perdu quelques décilitres de sang, mais c'était sacrifiable. Ouvrant le sac d'une main, elle saisie une poche de sang provenant de la banque du sang locale, une demande inhabituelle pour les vampires dirigeant la zone : d'habitude, les vampires demandent les poches pleines en général, pas vide. Elle approcha la poche de la morsure en commença à la remplir le sang s'écoulant bien sagement dans le récipient en un filet léger mais propre. Les poches se succédèrent. Un litre, puis deux, puis trois. Au final, il n'y avait plus rien qui coulait. Il était mort depuis longtemps et les dernières gouttes terminèrent directement sur sa langue.

Une fois cela fait, elle posa les poche de sang dans le sac ou se trouvait plusieurs poches de glace, une glacière maison. Elle fouina vers la cuisine et prit un couteau dont la lame trancha grossièrement et profondément la gorge du cadavre, effaçant toute trace de morsure. Suite à ça, elle coupa le lumière, ferma tout les accès et sortit une bougie de son sac qu'elle alluma avant de la poser dans la pièce voisine. Puis elle alluma le gaz à fond avant de sortir de la maison le plus naturellement du monde avec son sac et son manteau pour rejoindre sa voiture après avoir ouvert le gaz à fond. Elle ouvrit le coffre pour déposer sa précieuse réserve avant de revenir quelques instant pour observer.

Le gaz s'accumulant peu sans moyen de sortir, il se répandit dans l'appartement, atteignant au bout de quelques minutes la flamme de la bougie. Le résultat fut explosif, l'appartement soufflé ainsi que toutes les preuves de son passage et de son acte. Elle rentra ensuite chez elle en prenant soin de ne laisser aucune traces de pneu alors que le ciel commençait à s'éclaircir. Une fois la véhicule dans le garage, elle disposa les poches de sang dans un congélateur à la cave où se trouvait d'autres poches du même type. Elle retira sa tenue qu'elle plongea dans une bassine de détergent pour supprimer toute traces de sang ou d'autres substances qu'elle aurait put ramener de l'appartement avant de nettoyer sa voiture de manière aussi approfondie. Une fois ça fait, elle monta prendre une longue douche. Le Soleil commençait à se lever alors que son téléphone se mit à sonner. Une explosion de gaz avec un corps à l'intérieur à analyser et autopsier.

Elle s'habilla avant de prendre sa seconde voiture, un petit SUV, puis prit la direction du lieu de crime, appréciant l'ironie de la situation. Les rues seraient un peu plus sûres ce soir, mais elle a trouvée un gros gibier à traquer. Une traque qu'elle savait déjà des plus intéressantes.



Sorina Alesia


avatar


Messages : 42

Feuille de personnage
Race & âge : Vampire ∞ 852 ans
Profession : Médecin légiste à Houghton
Odeur : Une odeur de mort et d'oxygène pur qui peuvent s'expliquer par son métier et camouflé en général par un parfum léger aux nuances orientale. Une fragrance exotique mêlant harmonieusement épices, fleurs de jardin, eau fraîche, encens et sable chaud.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Dim 2 Oct - 20:24

Chouette background pour notre premier vampire.

Bienvenue. Je pense que notre rencontre fera des étincelles.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Rien n'est permanent, sauf le changement
Diane Smith

Sans famille

avatar


Messages : 268

Feuille de personnage
Race & âge : Sorcier ∞ 20 an
Profession : Sans
Odeur : Une odeur d'encens émane de la jeune femme, reste de ses méditation matinale. Elle est régulièrement masquée par un parfum subtil au jasmin.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredlittleman.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Mar 4 Oct - 17:41

Bienvenue à toi.

Et entre nous : j'adooooore ton perso XD

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

"La nuit nous appartient,
évitez notre chemin,
car nous sommes les Korrigans"


Stuart Bobinson

Sang pur

avatar


Messages : 172

Feuille de personnage
Race & âge : Faë ∞ environ 6000 ans
Profession : Libraire
Odeur : Son odeur est celle de la terre et de la nature additionné de feu de bois et de l'odeur de la pipe qu'il fume régulièrement. On retrouve aussi des notes de vieux parchemins et de livres poussiéreux

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Mer 5 Oct - 20:27

michi à tous

*donne des cookies à tout le monde*
Sorina Alesia


avatar


Messages : 42

Feuille de personnage
Race & âge : Vampire ∞ 852 ans
Profession : Médecin légiste à Houghton
Odeur : Une odeur de mort et d'oxygène pur qui peuvent s'expliquer par son métier et camouflé en général par un parfum léger aux nuances orientale. Une fragrance exotique mêlant harmonieusement épices, fleurs de jardin, eau fraîche, encens et sable chaud.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Mer 5 Oct - 20:49

Du coup, j'ai supprimé mon message de bienvenue, alors, … 

BIENVENUE !!!!!

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Mon épquipe:
 


All of this has happened before, and it will all happen again.

Riley Andrews

Lieutenant de police

avatar


Messages : 453

Feuille de personnage
Race & âge : Métamorphe ∞ 27 ans
Profession : Lieutenant de police à Houghton
Odeur : Son odeur naturelle se rapproche de celle de la terre mouillée et de l'herbe coupée à laquelle s'ajoute une note de café auquel elle est accro.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Mer 5 Oct - 21:49

MICHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII (*a une impression de déjà vu*)
Sorina Alesia


avatar


Messages : 42

Feuille de personnage
Race & âge : Vampire ∞ 852 ans
Profession : Médecin légiste à Houghton
Odeur : Une odeur de mort et d'oxygène pur qui peuvent s'expliquer par son métier et camouflé en général par un parfum léger aux nuances orientale. Une fragrance exotique mêlant harmonieusement épices, fleurs de jardin, eau fraîche, encens et sable chaud.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Jeu 6 Oct - 23:39

HEY!!! Bienvenue ^^ super perso Very Happy

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞


"Si vous ne croyez pas en la magie,
vous ne la trouverez jamais."

Skylar Frost

Sans famille

avatar


Messages : 230

Feuille de personnage
Race & âge : Sorcier ∞ 19 ans
Profession : Etudiant
Odeur : Skylar utilise souvent des craies dans ces incantations et cette odeur est remarquable chez lui. Il va essayer de cacher cette odeur avec un léger parfum à la vanille et au caramel (qui prend généralement le dessus)

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia Ven 7 Oct - 18:23


Félicitations !!




J'ai l'immense plaisir de te valider ! Tu peux dès à présent recenser ton avatar et ton statut ici et , te choisir un logement de ce côté et poster ta fiche de liens et de RP's dans ce coin-là.  

Prends part aux discussions collectives ou relatives à ton propre groupe dans sa partie réservée par ici.

N'hésite pas à consulter les fiches de liens des autres personnages pour leur proposer des RP's ! Et ne te prive pas de t'incruster dans les sujets de flood !  

Tu peux aussi donner ton avis et demande de nouveaux lieux pour RP. Ca se passe ici et .

Mais le plus important c'est que tu t'amuses !

A toi de jouer !



∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Plume

Admin

avatar


Messages : 192

Feuille de personnage
Race & âge : Inconnu
Profession : Inconnue
Odeur : Inconnue

Voir le profil de l'utilisateur http://missing-face.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sorina Alesia

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas

Sorina Alesia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Missing Face :: 
Administration
 :: Gestion des personnages :: Présentations des personnages :: Personnages actifs
-